Eric Baeyens gérant du restaurant solidaire "L'Incubateur" association Croix Bonneau


Publié par Astrid Le Cadre étudiante Bachelor Sciences Com' le 24/06/2021 - Association #Croix Bonneau


Ancien pompier il ouvre un restaurant solidaire

Dans un cadre militaire pendant 16 ans, il y a 3 ans, Éric Baeyens c’est embarquer dans le commerce solidaire en lançant son entreprise indépendante et locale : L’Incubateur. Un restaurant qui aide à l’intégration sociale et professionnelle. Son parcours atypique l'a amené aujourd’hui à posséder une entreprise totalement indépendante et fonctionnant uniquement sur le principe du bouche à oreille.

« J’ai surtout considéré les pompiers comme une école ». Éric Baeyens, 48 ans, a pris son envol après 16 ans de service au sein des pompiers de Paris afin de monter sa propre entreprise. Il a créé l’Autre Cuisine qui vient accompagner les nouveaux gérants de restaurant dans leur projet. Il leur propose donc des cuisines pour pouvoir réaliser leur plat et les distribuer, comme pour Richard créateur de “The Lunch Box”, restaurant de cuisine indienne. Une manière de concilier sa passion pour la cuisine et son envie d’aider les autres. Pourtant au départ rien ne prédestinait Éric à se lancer dans cette aventure solidaire et culinaire.

Pompier de Paris, il souhaite devenir entrepreneur

L’école ne plaisait pas beaucoup à Éric mais c’est un grand sportif. Il a été champion de France d’haltérophilie et il pratique également la plongée et la voile. Lorsqu’on lui a demandé de s’orienter, le choix le plus logique pour lui a été d’intégrer les Pompiers de Paris où il y a gravi les échelons. « L’image des Pompiers de Paris est ce qui m’as le plus plût et puis j’étais sportif alors naturellement je me suis orienté vers ça. » dit-il. « J’ai surtout considéré les pompiers comme une école, comme le milieu scolaire ne m’avait pas vraiment plu. Et puis une école a un moment on s’en va et on vole de ses propres ailes. » D'ailleurs les idées de l'Incubateur viennent principalement de sa vie de pompier ajusté à la vie civile.

Un parcours enrichissant

Le milieu de l’entreprenariat lui plaisait déjà depuis tout petit, de pouvoir créer sa propre activité et d’être autonome, alors le passage par le milieu militaire lui as appris à avoir un cadre plus posé et plus défini. Puis après un déclic, l’envie d’autre chose, il crée une première entreprise dans le BTP en 2006. Il aidera également d’autres personnes à créer leurs entreprises. Finalement, deux points communs à ces différentes professions : l'entrepreneuriat et l’accompagnement. Car attention Éric ne veut pas avoir à travailler avec des « assistés » mais plutôt accompagner des gens vers les solutions à leurs problèmes. Il crée finalement une première entreprise, en 2014, alliant aide et accompagnement avec la cuisine : Cuisinez Vous Nantes. Malheureusement après de mauvais choix et en raison d’une mauvaise connaissance du secteur ce projet ne fonctionne pas. Malgré cet échec, Éric n’a pas baissé les bras. En effet, « On apprend mieux de nos échecs que de nos succès » rétorque Claire, sa femme. C’est en 2017, qu’il crée donc l’Autre Cuisine. La société propose donc un restaurant avec un plat unique à petit prix. Les plats sont réalisés par des personnes en réintégration sociale et avec de bons produits. Elle propose également à de nouveaux cuisiniers voulant se lancer à leur compte d’utiliser les cuisines pour préparer leurs produits.

Aujourd’hui qu’en est-il ? 

Aujourd’hui ce projet prend place dans l’Incubateur, il y développe aussi l’association Cuisine Et Cetera, depuis 2018. Elle contient une centaine d’adhérents de toutes origines, aussi bien tchadien, libérien, roumain, soudanais mais également français. L’association accompagne à l’intégration sociale au sein du restaurant mais vient aussi en aide à des personnes isolées comme des mères de famille de leur quartier, des personnes sans domicile fixe, des camps de Roms ou même des étudiants dans le besoin. Elle se charge pour le moment de procéder au zéro gâchis en se rendant collecter des produits dans des supermarchés. Cependant ils espèrent pouvoir proposer la même qualité de produit à tous. Au restaurant, il souhaite montrer leur façon de consommer mieux. Avec des produits quasiment tous bio, qui viennent de leur propre ferme et des produits locaux, ils veulent également montrer qu’il est facile de bien consommer. Grâce à leur petits plats, l’association ne dépend d’aucune subvention et est totalement autonome. Pour l’avenir, Eric et Claire ont encore pleins d’idées. Ils voudraient ouvrir une Guinguette « à l’ancienne » dans leur ferme à Bouguenais. Actuellement, Éric retape un camion afin de pouvoir le mettre à disposition de personnes sans domicile fixe pour les aider à faire un brin de toilette et à cuisiner leur propre repas. Pour un pas vers une réinsertion sociale. Éric reste donc dans l’aide et l’accompagnement comme les pompiers mais d’une autre manière.

Astrid Le Cadre 

 

 

 


Top