Florence Haesmans gérante de la mercerie "Au Fil de Flo" association Léon Jamin


Publié par Etudiant Bachelor Sciences Com' le 24/06/2021 - Association #Léon Jamin


Florence Haesmans ne vend pas juste du tissus, elle transmet son savoir-faire .

Depuis maintenant 13 ans, Florence Haesmans transmet sa passion pour la couture dans sa mercerie nantaise. Pour cela, elle propose des cours de couture individuels et accompagne les projets de ses élèves.

« Je suis née avec des aiguilles dans les mains ». C’est donc tout naturellement que Florence Haesmans, 61 ans, a ouvert sa mercerie Au Fil de Flo en plein centre de Nantes, il y a 13 ans. Pourtant, elle n’a pas toujours exercé ce métier. Elle était propriétaire d’une boutique qui faisait de l’encadrement d’art, mais celui-ci était devenu trop physique. Elle s’est donc réorientée vers la vente de tissus vestimentaires, et patchwork. Mais elle y a ajouté sa touche personnelle en proposant des cours de couture au sein de sa boutique.

Les cours de couture

En plus de vendre du tissu, les cours sont devenus centrales dans sa mercerie. L’idée lui est venu quand elle voyait des clients acheter du tissu pour commencer la couture. Des gens qui « n’avaient jamais touché à une machine à coudre, étaient perdus, explique-t-elle. Elles achetaient des machines à coudre mais ça ne se passait pas toujours bien. » Elle a donc décidé de proposer des cours d’initiation à la couture. Le but étant d’accompagner ses clients le plus longtemps possible dans leur projet de confection du tote-bag jusqu’au vêtement entier. D’ailleurs, Florence touche à tout : de la broderie, au patchwork, à la couture. « Toutes les techniques sont complémentaires. Cela permet de varier » précise-t-elle.

Les clients

Mais ce qui est étonnant, c’est l’âge de sa clientèle. Chez Au Fil de Flo, la clientèle est largement féminine. Elle varie surtout au niveau de l’âge. Elle oscille entre 15 et 77 ans. Mais depuis quelques années, celle-ci s’est rajeuni. « La couture est revenu à la mode. Les gens ont envie de faire soi-même, ils découvrent le côté valorisant de faire soi-même ». Dans une culture très nouvelle de Do It Yourself (fait le toi-même), mais aussi de vêtements de seconde main, il est effectivement très valorisant de créer une pièce complète de soi-même, avec l’aide d’un professionnel.

La passion transmise

Pour transmettre cela, Florence utilise plusieurs méthodes : des cours de patchwork collectifs pour apprendre les bases de celles-ci. A l’inverse, les cours de couture sont individuels, pour plusieurs raisons. Cela permet à Florence de se consacrer totalement à ses élèves et être derrière eux du début à la fin. Mais l’individualité des cours permet aussi à l’élève de ne pas se comparer aux autres, ce qui le rend « moins stressé et plus productif ». En plus des cours, Florence cherche à créer une vraie pérennité dans la relation client. Il y a des clients qu’elle connait depuis plus de 20 ans, qu’elle a vu s’améliorer et se passionner pour la couture et la broderie. Sa mercerie est donc un véritable endroit de rencontre intergénérationnel et de transmission de sa passion. 

 


Top