Frederic Texier, gérant du Bar à Jeux "Sur Un Plateau" association Léon Jamin


Publié par Thomas Siab étudiant Bachelor Sciences Com' le 24/06/2021 - Association #Léon Jamin


img17

Frédéric Texier devant des jeux de société - Crédits : Thomas Siab

Un bio-informaticien devient gérant de bar à jeux de société.

Après 10 ans dans la bio-informatique, Frédéric Texier, 36 ans décide de quitter son travail dans le scientifique à Lille. Il ouvre un bar à jeu de société avec un ami à Nantes.  Une reconversion inhabituelle qui en surprendra plus d’un mais qui lui permet d’être épanoui.

« Mon patron pensait que je ne servais à rien », c’est ce que Frédéric Texier s’est entendu dire il y a 5 ans. A l’époque il travaille comme bio-informaticien à Lille. Mais face à cette incompréhension et la solitude de son métier, il décide de changer de profession radicalement. Après une réflexion rapide il est devenu gérant d’un bar à jeu nommé « Sur un plateau » à Nantes, avec son ami Sébastien Delaporte. Une nouvelle orientation qui lui permet de partager sa passion, née grâce à ses parents. 

Les études et le premier métier

Pourtant, au départ, Frédéric Texier voulait devenir médecin après un baccalauréat scientifique. Toutefois l’ambiance de la première année ne lui avait pas plu et il s’est redirigé vers la bio-informatique. Ce domaine peu connu qu’il qualifie « d’obscur » pour les non-initiés, consiste à faire des programmes informatiques pour aider les analyses biologiques. Il a effectué son stage de Master 2 à Lille pour une société de prestation d’analyses biologiques. Cependant son ancien travail « était rébarbatif derrière un écran ». De plus il était « en permanence en conflit avec [son] chef ». Ce climat et le sentiment de solitude derrière un écran étaient très pesants. Dans son travail seule la partie où il formait des gens à la bio-informatique lui plaisait.

Il coorganisait un festival de jeux avec 12000 personnes

C’est alors qu’ingénieur Bac+5 commence à réfléchir à la possibilité de lier ce volet de son travail avec sa passion, les jeux de société. En effet, depuis tout petit Frédéric Texier est un joueur invétéré. Ce sont d’abord ses parents qui lui ont transmis cela dès 5 ans avec la belote, la bataille et ensuite avec le Monopoly notamment. Frédéric Texier raconte que le jeu qui l’a fait basculer, un de ses préférés, est « agricola », un jeu de société de gestion. Cet attachement au jeu le suivra lorsqu’il ira à Lille. En parallèle de son travail il s’engagera dans des associations de jeux de société comme « Chti Ludo » où il deviendra vite président. Il intègre en 2015 un festival « Ludi Nord », organisé uniquement par des bénévoles, et qui brasse plus de 12000 personnes par an. A l’intérieur il y explique des jeux de société au départ et deviendra coordinateur de la partie restauration par la suite. L’aspect gestion lui plait particulièrement.

Son premier bar à jeux : un échec

De cette passion il décide d’en faire un métier. Frédéric Téxier veut devenir utile et partager son amour pour les jeux de société. Mais il « ne voulait pas [se] lancer tout seul ». Il débutera finalement cette aventure avec Sébastien Delaporte un ami comptable. Les deux amis rejoignent une franchise lilloise pour profiter de l’expérience des patrons déjà présents. Mais cela est un échec à cause de mésententes. Ils décident donc d’ouvrir un nouvel établissement seulement tous les deux à Nantes.

Néanmoins quitter 10 ans de vie, les amis ce n’est pas facile. Mais cela tenait absolument à cœur à Frédéric Texier et il ne se voyait pas faire cela ailleurs qu’à Nantes. Tout cela s’est fait très vite. En témoigne le fait qu’il déménage 2 jours après son mariage dans le Nord.  Pour mener à bien son commerce, il s’inscrit aussi au réseau des cafés ludiques qui procure aides et expérience pour accompagner le projet. C’est d’ailleurs là-bas qu’il rencontre un homme qui l’inspirera : Xavier Berret, l’ancien président de ce réseau. Ce dernier estime qu’il « a une vocation pour transmettre » car il « donne sans compter ».

Les premiers mois

Arrivé en mars 2019, les premières semaines ne sont pas à la hauteur des espérances car il n’y a pas autant de clients que souhaités. Avec le temps, le bar se forge une clientèle fidèle et commence à se faire connaître. A tel point que des éditeurs démarchent Frédéric Texier pour pouvoir faire leur tournoi dans l’établissement.

Aujourd’hui Frédéric Texier ne regrette pas sa reconversion, il est heureux d’avoir trouvé sa voie professionnelle. 

 


Top