Christophe Fradet Pizzaiolo à la "Bella Vita" association Jean Macé


Publié par Etudiant Bachelor Sciences Com' le 23/06/2021 - Association #Jean Macé


img11

Ancien menuisier, il s’est reconverti comme Pizzaiolo

Christophe Fradet aujourd’hui pizzaiolo dans le quartier Chantenay, a connu quatre vies professionnelles à Nantes. Un parcours de vie atypique qui lui permet aujourd’hui de s’épanouir en tant que commerçant.

« Je suis pizzaiolo et bien plus » c’est ce que fait comprendre Christophe Fradet, patron du restaurant Bella Vita depuis 2013, à Nantes. En effet, ce touche à tout a connu de nombreuses activités professionnelles avant d’arriver à son poste actuel. En passant de la menuiserie, à l’agence de communication, au service à la personne, il trouve sa place dans le métier de restaurateur italien. Depuis l’âge de 15 ans, Christophe Fradet était persuadé qu’un jour il travaillerait dans le domaine de la restauration. C’est chose faite maintenant depuis huit ans. Une étape professionnelle qui n’était pas prévue, mais qui émane d’une opportunité qu’il n’a pas pu manquer.

Pourtant, en 2013, Christophe Fradet connaît des difficultés financières, suite à la vente de son entreprise de service à la personne pour un euro symbolique. Mais en se baladant dans son quartier de Chantenay à Nantes, il tombe sur une pizzeria, où il s'assoit pour commander. Les conversations s'enchaînent avec le propriétaire de cette guérite. Ce dernier lui propose alors de reprendre son commerce ! En recherche d’opportunités d’emploi, avec une faible enveloppe en poche, Christophe accepte. Il rapport que « ce jour là [il] a su qu’il fallait saisir cette opportunité ». Ils échangent leurs numéros, et se revoient dès le lendemain ». Trois jours plus tard, il est à la tête d’une micro-entreprise de restauration italienne. Avec un leitmotiv : « j’ai bien fait des meubles, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas faire de pizza ».

Les meubles, c’était en effet son premier métier : Menuisier-ébéniste. En sortie de troisième, Christophe a besoin de concret. Il effectue une formation technique, seule formation à offrir des cours de dessin, une des passions qui l’a orienté vers la menuiserie-ébénisterie. Stimulé et motivé par le graphisme et le dessin, il entame ses études par un CAP menuisier puis un CAP ébéniste où il est passé « de cancre à major de classe, sans comprendre ce qui [lui] arrivait ». En recherche de concret, il raconte « quand vous partez d’une planche de bois et que vous arrivez ensuite à une petite console Louis 16 avec du placage, vous vous dites, bon sang, il y en a des étapes… » Il avait besoin de quelque chose de très palpable ». Arrivé au brevet de technicien supérieur, il se rend compte que le moteur qui bercera sa vie est de pouvoir créer à partir de presque rien. Il restera dans ce domaine de menuiserie pendant plusieurs années.

Mais au bout de 7 ans, sa nécessité d’un contact humain, trop rare dans ce domaine, a mené Christophe Fradet à s’orienter vers l’école Pivaut. Il sera sélectionné avec quatre-vingt neuf autres parmi les 1500 candidats, pour intégrer cette école d’arts appliquées et de dessin narratif. Son idée principale : se prouver que ses capacités graphiques sont intéressantes. Il y restera trois ans en formation au graphisme publicitaire. Incité à rejoindre la publicité par son directeur, il s’y dirige sans en être convaincu.

Nous sommes en 1993, et les premiers Apple arrivent dans les agences. Rares sont ceux formés à cette nouvelle technique. C’est dans ce contexte que celui qui a alors la trentaine, a dû adapter sa technique. Il décroche alors des métiers d’attaché commercial en agence puis de responsable d’une agence de communication, émanant du groupe de presse Le Télégramme, à Nantes. Il rapporte aussi que son dernier emploi en communication a été en agence à Presse Océan, aujourd’hui racheté par le groupe Ouest-France. Il quitte alors peu après son entreprise et démarre une nouvelle aventure d’auto-entrepreneur. Il rapporte amusé « finalement, je suis resté dix années en agence de communication ».

Il lance alors C. Fradet repas-livraison, une entreprise de prestation de service à la personne en 2006 en Vendée. Cela lui permet de retrouver du sens à sa vie. Cette aventure forte mais fatigante humainement parlant, l’a porté pendant sept années. Cependant, début 2013, il a fallu que cet entrepreneur prenne une décision importante, céder l’entreprise ou déposer le bilan. Il l’a céda sans d’autres choix.

 

« Cette expérience m’a construit et m’a permis de basculer dans la peau d’un commerçant ».  

Aujourd’hui fier de ce qu’il a accompli, Christophe Fradet est un pizzaiolo accompli. Il résume son parcours en retenant qu’à ses yeux le mot juste pour englober « c’est l’amour, cela paraît très bateau mais c’était [son] carburant ». Ce commerçant explique qu’en passant de la menuiserie, à l’agence de communication pour ensuite devenir pizzaiolo, « tout prend sens ». 

En effet, ses différentes expériences lui ont servi à monter son commerce, Bella Vita, de A à Z. Il a pu créer ses outils de communication, monter ses meubles, négocier, pour devenir le commerçant épanoui d’aujourd’hui. Un parcours riche d’originalités qui fait réfléchir…




 


Top