Thomas Dufour, fondateur du "Berlin 1989" association Petit Port Morrhonnière


Publié par Etudiant Bachelor Sciences Com' le 16/06/2021 - Association #Petit Port / Morrhonnière


img1

BERLIN 1989 : LE RESTAURANT DE NANTES QUI FAIT VOYAGER EN ALLEMAGNE

« Nous ne voulions pas être un bar comme les autres ». Thomas Dufour s’est servi de ses années passées en Allemagne pour créer le Berlin 1989. Grâce à son expérience, Il propose aux nantais une véritable immersion de la culture allemande.

Cela fait maintenant 5 ans que le gérant a créé son restaurant de spécialités allemandes sur le Boulevard du Petit Port à Nantes. Pour le concevoir, il a ramené en France le mélange de tout ce qu’il a apprécié lors de ses excursions berlinoises et de son année sabbatique à Hambourg. Une fois le projet terminé, le bistrot a ouvert ses portes en octobre 2016. « Quand on se rend dans le bar, tu te fais un petit voyage, c’est un moment où tu es coupé du temps et ça, c’est super important. » Dans son discours, il y a une volonté de faire découvrir la culture bar de l’Allemagne à Nantes et de réunir les gens. Voici pourquoi Thomas Dufour a nommé son restaurant le Berlin 1989.

La vie en Allemagne : Un tournant dans la vie de Thomas Dufour

Tout a débuté à Berlin. Dans les années 2000, il décide de voyager dans cette ville avec un simple sac à dos et des affaires de première nécessité. Pendant 6 ans, il répète cette expérience plusieurs fois par mois. Il devient accro à la capitale allemande animé par la musique techno, les échanges intensifs avec les habitants, l’architecture et les spécialités de la ville. « Berlin est le carrefour de l’Europe et un totem de souvenirs » affirme-t-il. Ensuite, il se rend à nouveau en Allemagne en 2015 dans la ville d’Hambourg pour intégrer une école de langues. C’est pour lui une période épanouissante et riche en rencontres. Cet épanouissement pour l’Allemagne corrèle avec son nouveau projet. « J’étais boulanger à l’époque et je sentais que le monde de la restauration m’appelait ».

L’installation d’un restaurant au grand potentiel

C’est pourquoi en 2015, lors d’une visite à des amis à Nantes dans un PMU à vendre, Thomas Dufour tombe amoureux de l’emplacement. Il y voit l’occasion d’installer un biergarten. D’origine munichoise, un biergaten est une terrasse d’un restaurant où des gens sont assis consomment de la bière. Il constate alors le potentiel de l’endroit car « Les gens voyaient un PMU, moi je voyais un jardin à bières » explique-t-il. A l’aide de nombreux fonds issus de son entourage, le Berlin 1989 voit le jour. Il est décoré par des photos de personnalités, des peintures allemandes et par des panneaux de signalisation que l’on peut voir à Berlin. Enfin, le travail avec les fournisseurs est minutieux car il faut faire en sorte que les assiettes des clients soient totalement remplies par des spécialités allemandes et par de la street-food berlinoise.

Un nom aux sens multiples

Thomas a alors choisi comme nom le « Berlin 1989 » pour plusieurs raisons. Premièrement c’est un hommage à la ville de Berlin qui l’affectionne particulièrement. Deuxièmement, cela rappelle la date de la chute du mur de Berlin. Elle marque la réunification de deux populations représentées par la jeunesse allemande qui fissurent l’ancien modèle. Le mur a empêché les gens de se rassembler et de faire la fête. Ainsi, sa chute en 1989 a permis aux allemands de vivre à nouveau ces moments-là. C’est l’essence même du Berlin 1989 : Réunir différentes personnes dans une bonne ambiance. Troisièmement, il explique qu’il est important de donner un nom court et compréhensible en France. En effet, s’il avait repris les noms complexes des tavernes allemandes, les français seraient déboussolés.

Le double-objectif du Berlin 1989

Le restaurant parvient à respecter les codes français tout en partageant la culture allemande. Dès son entrée, le plaisir et les vibrations se font ressentir, ce qui fait toute l’authenticité du Berlin 1989. En somme, Thomas Dufour a réussi son double-objectif : ravir les nantais en créant un restaurant immersif grâce à son vécu en Allemagne.



 


Top